conakrytime

Brésil: une fusillade dans une école près de Sao Paulo fait plusieurs morts

AFRIQUE  /  14 Mar 2019

Au Brésil, deux assaillants - des adolescents - ont tué par balle au moins huit personnes avant de se suicider, mercredi 13 mars, dans une école de l'agglomération de la grande ville de Sao Paulo.

Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

Au moins huit personnes ont péri dans une fusillade dans l'école Raul Brasil de Suzano, une localité de la banlieue de Sao Paulo, dans le sud-est du pays. Parmi les victimes, on compte six enfants, dont deux morts à l'hôpital, un employé de l'établissement et une personne qui se trouvait à l'extérieur de l'enceinte, selon la police de Sao Paulo. Il y aurait également une vingtaine de blessés.

L'attaque est survenue vers 9h30, heure locale. Vêtus de cagoules, les assaillants, deux jeunes de 17 et 25 ans, pénètrent dans l'école avec armes à feu et couteaux au moment où les 1000 élèves étaient rassemblés pour le goûter matinal. Les meurtriers prennent d'abord pour cible les encadrants avant de tirer sur les enfants. La police a aussi retrouvé sur place une arbalète, des flèches et plusieurs cocktails explosifs artisanaux, ce qui laisse à penser que les deux jeunes avaient planifié une attaque de plus grande ampleur encore. Les attaquants se sont donné la mort après la tuerie.

Arrivé sur place, le gouverneur de l'Etat de Sao Paulo, Joao Doria, a d'abord déclaré qu'il n'avait pas été établi que les deux assaillants étaient d'anciens élèves de l'école, ce qui a bien été confirmé plus tard. Les enquêteurs disent pour l'instant ignorer les motifs de cette attaque meurtrière.

Peu de temps avant de se rendre à l'école, ils avaient tenté de commettre un premier meurtre en tirant sur l'oncle de l'un d'eux, un concessionnaire automobile.

La chaîne de télévision GloboNews a diffusé des images de nombreux parents réunis devant l'école, attendant avec anxiété des nouvelles de leurs enfants scolarisés dans l'établissement public. Ce drame intervient alors que le président Jair Bolsonaro a facilité la détention d'armes à feu dès le début de son mandat en janvier dernier, comme il l'avait promis durant sa campagne.

Avec RFI