conakrytime

Les députés britanniques rejettent le principe d'un Brexit sans accord

AFRIQUE  /  14 Mar 2019

Les députés britanniques ont rejeté d'extrême justesse, mercredi, l'option d'une sortie de l'Union européenne sans accord, mais le risque d'une rupture brutale plane toujours, si Londres ne parvient toujours pas à s'entendre avec Bruxelles.

PUBLICITÉ

Au lendemain du nouveau rejet à la Chambre des communes du plan de Brexit présenté par la Première ministre Theresa May, les députés britanniques ont décidé, mercredi 13 mars, d'appeler le gouvernement à exclure la piste d'un Brexit sans accord.

Quelques 312 d'entre eux ont voté contre une sortie de l'UE sans accord, tandis que 308 ont voté pour. Leur vote ouvre la voie à une demande de report du Brexit.

Nouveau vote jeudi pour une demande report "limité" du Brexit

Ce vote n'en représente pas moins un nouvel échec pour Theresa May, qui avait proposé un texte différent de celui qui a été adopté, excluant également un "no deal" mais sans l'enlever définitivement de la table.

Les députés doivent à présent se prononcer jeudi, dans leur troisième vote de la semaine, sur une demande de report "limité" du Brexit. Celle-ci devra cependant obtenir l'aval de l'Union européenne, qui presse le Royaume-Uni de préciser ce qu'il veut.

Le rejet d'une sortie sans accord n'a pas non plus éloigné "le nuage d'incertitude" décrit par le chancelier de l'Échiquier mercredi quant à l'avenir du pays.

L'UE dans l'attente d'une réponse britannique claire

Près de trois ans après avoir voté, en juin 2016, pour quitter l'Union européenne, le Royaume-Uni, profondément divisé, ne parvient pas à se décider sur la manière de partir.

Les députés ont repoussé une seconde fois mardi l'accord de retrait de l'Union européenne, laborieusement négocié pendant 17 mois par Theresa May avec les dirigeants de l'UE. Comme l'a résumé le ministre de l'Environnement Michael Gove mercredi, jusqu'à présent, la Chambre des communes a été très bonne pour dire non", mais "elle doit désormais décider ce qu'elle veut".

Car côté UE, on attend des précisions, surtout si le Royaume-Uni veut obtenir un délai. L'Union européenne serait "prête à envisager" l'octroi d'un délai si le Royaume-Uni présentait une requête "motivée", a fait savoir la Commission européenne. Les 27 pays de l'UE devront donner leur accord à l'unanimité.

Avec AFP et Reuters