conakrytime

Menace de démission de Bah Ousmane : en réalité, simplement de la grimace de jalousie

GUINÉE  /  15 Apr 2019

C’est une certitude, Bah Ousmane, ministre conseiller à la présidence de la république, leader de l’UPR, allié du président Alpha Condé, n’est pas content depuis des semaines. Ce n’est un secret pour personne, d’autant que l’intéressé lui-même, ne l’a pas caché.

Bouderie, grimaces, complaintes, refus obstiné d’entendre raison, tout y est passé. Jusqu’au bout, en attendant un éventuel retour à de meilleurs sentiments, Bah Ousmane aura campé en Ayatollah, face à ce qu’il reçoit comme un camouflet du pouvoir à son égard.

De là à vouloir démissionner de ses fonctions de ministre conseiller à la présidence, il y a un pas qu’on ne franchit qu’après avoir beaucoup réfléchi.

La vraie cause des grimaces de Bah Ousmane

A la base, le projet de mois de la reconnaissance du Fouta à l’endroit du président Alpha Condé. Une initiative portée par le ministre Mouctar Diallo, leader des NFD, également allié d’Alpha Condé, nouvellement venu des rangs de l’opposition.

En réalité, Bah Ousmane, qui n’avait point voulu s’associer ni soutenir l’initiative, en dépit de toute la bonne foi et toutes les approches du jeune ministre Mouctar Diallo en sa direction et envers de tous les ministres originaires du Fouta, n’a pas digéré le fait qu’un autre allié d’Alpha Condé dans la région de la moyenne-guinée, qui plus est, originaire comme lui de Pita, en vienne à lui voler la vedette sur une terre dont il revendique le leadership, en tant que principal soutien du pouvoir d’Alpha Condé, donc, une sorte de ‘’contrepoids’’ à l’hégémonie de l’UFDG dans la région.

On apprend que ni le président Alpha Condé lui-même ni son PM Kassory, encore moins Dr Mohamed Diané, n’ont réussi à convaincre Bah Ousmane, à rejoindre cette initiative et à la soutenir.

Il aurait posé deux conditions pour le faire, mais qui n’ont pas été acceptées : la coordination de l’initiative et le report de l’événement.

Depuis, Bah Ousmane qui a fait quelques sorties dans les médias, pour dire sa frustration, menacerait de quitter Alpha Condé, sauf que ce n’est pas aussi simple que cela.

Parce que, une démission de Bah Ousmane dont le parti dispose d’un ministre d’Etat dans le gouvernement, d’un gouverneur, de préfets, de hauts cadres, d’un vice-président dans le bureau de l’assemblée nationale, pourrait avoir quelques conséquences politiques.

Alpha Condé, lui, n’hésiterait point, lui qui peut désormais compter sur Mouctar Diallo, son nouveau cheval de Troie, dans la région du Fouta.

Avec Mosaique Guinée