conakrytime

Compte-rendu de la Conférence de presse du ministre des transports, Aboubacar Sylla (mercredi 4 septembre 2019)

GUINÉE  /  6 Sep 2019

Lors d’une conférence de presse, ce mercredi, 04 septembre 2019, le ministre d’Etat des transports, a mis l’occasion à profit pour éclairer la lanterne de l’opinion sur les conditions d’acquisition par la Guinée d’un certain nombre de wagons pour la ligne Conakry-Dubreka.

Dans ses explications, le ministre Aboubacar Sylla, dans la plus grande transparence, a donné la provenance des fonds qui ont été utilisés pour l’obtention des 4 wagons qui doivent arrivés le 16 de ce mois.

Tout en brandissant des preuves, le ministre a indiqué que ces fonds ont été obtenus à travers un compte de la société Guinomar, liquidée en 2013.

« … Les moyens qui ont été mis à notre disposition pour acquérir ces wagons, ne viennent pas du budget de l’Etat. C’est par le plus grand des hasards que nous avons été informés que la société Guinomar, qui a fait l’objet de liquidation depuis 2013, avait un compte qui dormait quelque part à Oslo. On a été informé que ce compte existe. Étant donné que la Guinée était actionnaire à 50%, on avait droit à 50% de ce solde. Nous avons écrit au ministre des finances et au premier ministre. Nous avons demandé à ce qu’on nous aide à utiliser ce montant pour acquérir quelques moyens pour mettre en route le train voyageur Conakry-Dubreka (…) », a-t-il confié.

Quant au montant de l’achat des wagons, Aboubacar Sylla, a souligné qu’il n’y a eu aucune surfacturation, comme le font croire certains médias.

« … Ces wagons ont été acquis à 5 000 francs suisse, les quatre. Ce qui équivaut à 4 000 euros. C’est à dire qu’un wagon a coûté 1 000 euros, c’est pratiquement un don. Ce sont des wagons qui datent de 1964. A priori, on peut penser que c’est des wagons qui sont extrêmement vieux (…). Un wagon, c’est une carrosserie avec des sièges à l’intérieur, qui n’est pas motorisé. C’est juste quelque chose qu’on tracte. Donc, dès qu’on change les sièges, on le rénove en changeant les roues en bas, on a un bon wagon (…). S’il y avait une bonne foi, ces journalistes se seraient rendus compte qu’il n’y a aucune possibilité d’acquérir sur le marché, des wagons neufs pour une voie métrique », a-t-il souligné.

Pour le ministre d’Etat des transports, à la place des critiques et attaques non fondées, il aurait dû avoir des félicitations, pour avoir pris ces dispositions afin de faciliter le transport des populations.

Avec Mosaique Guinée