conakrytime

Le voyage d’Alpha Condé aux USA a coûté plus de $10 millions US : « avec ce montant, on peut construire 500 écoles » (Ibrahima Bangoura)

GUINÉE  /  23 Sep 2019

L’UFR dénonce le budget qu’a coûté le séjour du président Alpha Condé aux États-Unis.

Un budget qui s’élèverait à en croire le vice-président Ibrahima Bangoura, à 10 milliards de dollars.

Pour lui, les dépenses dues au long séjour de Alpha Condé au pays de l’Oncle Sam, auraient permis de financer quelques projets importants notamment le secteur de l’éducation.

« Ces 10 millions de dollars représentent aujourd’hui 100 milliards de GNF. Avec ce montant, on peut construire aujourd’hui 500 écoles. Si nous construisons 500 écoles par an, au bout de 10 ans, nous aurons fini de couvrir toute la Guinée en écoles. Il n’y aura pas un seul hameau dans notre pays qui n’aura pas d’école, cela va éloigner l’analphabétisme dans notre pays et nous mettre sur la voie du développement. Mais, ces dépenses que le président a eu à faire avec cela, ne nous développerons pas », a déploré le député Ibrahima Bangoura.

C’était ce samedi en marge de la réunion hebdomadaire de l’UFR.

« les élections ne se feront pas tant que conditions édictées par l’audit du fichier électoral, ne sont pas respectés »

De l’entendement du directoire politique de l’UFR, la date du 28 décembre 2019, proposée par le président de la CENI, pour la tenue des prochaines élections législatives, est intenable et impossible.

A la faveur de l’assemblée générale hebdomadaire du parti, ce samedi, de responsables politiques du parti, ont redit leur opposition à cette date, qui, selon eux, aurait été choisie par la CENI, dans le seul souci de permettre à Alpha Condé de briguer un troisième mandat.

« Le chronogramme est tout simplement intenable. Mais, c’est fait à dessein, c’est fait pour que les élections soient bâclées, pour donner un troisième mandat au président Alpha Condé. Nous ne pouvons pas souscrire à cela. Les élections ne se feront pas tant que les conditions édictées par l’audit du fichier électoral, ne sont pas respectées », a-t-il prévenu.

Poursuivant, le député de l’UFR, a assuré que son parti usera de tous les moyens légaux pour empêcher la tenue d’une élection qui ne soit pas conforme à la volonté des acteurs engagés dans le processus.

« les partis qui sont allés pour cette consultation…leurs avis ne comptent pas »

En début de semaine, des leaders partis politiques membres du FNDC, ont pris l’initiative sur eux d’aller répondre à l’invitation du premier ministre dans le cadre des concertations qu’il a engagées sur les questions de préoccupations nationales.

Cet acte qui s’écarte des principes qui régissent le fonctionnement du FNDC, ne semble point ébranler l’UFR de Sidya Touré.

« Les partis qui sont allés pour cette consultation, ne sont pas des d’envergure. Je ne dirai pas que ce sont des micro-partis, mais ce ne sont pas des partis qui ont une audience tel qu’on puisse dire que les grands partis de l’opposition se sont déplacés pour aller à cette consultation…leur avis ne compte pas », a tranché Ibrahima Bangoura, le deuxième vice-président de l’UFR, en marge de l’assemblée générale hebdomadaire du parti, ce samedi.

Poursuivant, l’homme politique rassure que l’UFR restera fidèle à la décision du FNDC, de participer à aucune consultation avec le gouvernement.

Avec Mosaique Guinée