conakrytime

AFFAIRE 3ÈME MANDAT / BAKAYOKO BRISE LE SILENCE ET DEMANDE À ALPHA CONDÉ D'ÉVITER DE SE NOYER (LETTRE)

GUINÉE  /  17 Oct 2019

A Monsieur le président de la République, professeur Alpha Condé

Monsieur le président de la République,

Aucun pays n’interdit la modification de sa Constitution. Les plus civilisés, la France, l’Allemagne, l’Angleterre, le Canada, les Etats-Unis... le font très souvent. Ce qui est interdit, c’est de la modifier en sa faveur. Moi je n’ai pas lu votre texte mais vous qui l’avez fait rédiger, savez bien qu’il est à votre faveur, donc interdit. Il ne me semble pas nécessaire de commenter ce sujet parce que cela n’est pas l’objet de ma lettre.

Monsieur le président de la République,

Je vous écris uniquement pour attirer votre attention sur le fait que j’ai remarqué qu’aujourd’hui, vous et votre homologue ivoirien Alhassane Ouattara êtes en train de répéter l’histoire de vos aînés Ahmed Sékou Touré et Félix Houphouët Boigny, hier.

Hier (1958), Félix Hophouët Boigny voulait bel et bien une indépendance totale et dire "NON" à la proposition du Général De Gaulle mais sa ruse de pousser Ahmed Sékou Touré à prendre les devants, plonger dans les flots rapides du fleuve et se noyer, lui avait permis de rectifier le tir.

Aujourd’hui (2019), Monsieur le Président de la République, ne commettez pas la même erreur qu’Ahmed Sékou Touré et n’acceptez pas qu’Alassane Ouattara qui veut bel bien un 3ème mandat fasse la même ruse que Félix Hophouët Boigny, vous pousse à prendre les devants pour plonger dans les flots rapides du fleuve et vous noyer pour lui permettre, sans aucun doute, de rectifier le tir.

Monsieur le président de la République,

Contrairement aux autres opposants, moi je ne vous demande même pas de renoncer au 3ème mandat que vous désirez tant, parce que cela également n’est pas l’objet de ma lettre même si je suis conscient d’avoir le devoir de vous le dire.

Je vous demande simplement de ne pas le faire avant votre "ami" Alassane Ouattara, c’est à dire de ne pas laisser celui-ci vous faire aujourd’hui exactement ce que Félix Houphouët Boigny avait fait hier à son "ami" Ahmed Sékou Touté.

Monsieur le président de la République,

Pour éviter que les Ivoiriens se moquent de nous en disant qu’ils sont éternellement plus malins que nous, au nom du peuple de Guinée, je vous demande humblement, Monsieur le président de la République, de laisser, cette fois-ci, Alassane Ouattara prendre les devants et plonger. S’il se noie, vous aurez la chance et la bénédiction de savoir quoi faire.

Veuillez agréer, Monsieur le président de la République, l’expression de ma très haute considération.

Conakry, le 17 octobre 2019

Abdourahamane BAKAYOKO
Président des DÉMOCRATES GUINÉENS