conakrytime

Sidya Touré, très en colère, dénonce le régime du président Alpha Condé

GUINÉE  /  23 Oct 2019

Sidya Touré à propos d’un dialogue : « On ne peut pas parler de dialogue quand on emprisonne des gens »

Alors que plusieurs personnalités et non les moindres s’activent dans l’ombre pour l’ouverture d’un dialogue politique entre la majorité présidentielle et les opposants, le sujet ne semble pas trouver, du moins pour l’instant, un écho favorable chez le président du parti UFR.

Selon Sidya Touré, il n’est pas question de dialoguer quand on condamne les principaux initiateurs des manifestations politiques du 14 octobre dernier.

Pour l’ancien haut représentant du chef de l’État guinéen, il faut tout simplement, dit-il, « oublier ça ».

« Ça ne peut pas être une question de dialogue. On ne peut pas parler de dialogue quand on emprisonne des gens, donc oublier ça », a-t-il tranché.

Condamnation des leaders du FNDC : « on n’est pas surpris de toute cette injustice, c’est une décision politique » (Sidya Touré)

Dans une interview, le président de l’UFR, est revenu sur la condamnation des principaux initiateurs des manifestations du 14 octobre 2019.

Pour l’ancien premier ministre, même si la décision n’est pas une surprise mais l’injustice reste et demeure flagrante.

« C’est une réaction d’injustice absolue dans la mesure où les gens ont été kidnappés dans leurs maisons, ils n’ont pas été convoqués régulièrement, ils ont été directement entrainés dans les locaux de la police dans des conditions dont on a eu du mal à comprendre au début. Donc, on n’est pas surpris de toute cette injustice, c’est une décision politique », a-t-il considéré.

A la question : « qu’est-ce que le FNDC compte entreprendre comme démarches pour obtenir leur libération ? », Sidya Touré n’a pas souhaité révéler à notre micro la stratégie planifiée.

« Nous allons donner une réponse à tout cela, parce qu’en Guinée, on ne peut pas se laisser et sans faire face aux questions essentielles qui sont relatives à la liberté de nos populations », a-t-il prévenu.

Sidya Touré : « Cellou et moi, nous n’avons joint ou envoyé aucune lettre à qui que ce soit pour demander une audience »

L’information selon laquelle les deux principaux leaders de l’opposition guinéenne Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré ont joint lundi au téléphone Mahamadou Issoufou, président du Niger et président en exercice de la commission de la Cedeao pour lui demander de les recevoir prochainement à Niamey et décliné par ce dernier, a été démentie ce mardi par le président de l’UFR.

D’après l’ancien premier ministre, cette nouvelle incontrôlée est fausse et jamais il n’a été question de demander une audience à qui que ce soit.

« Absolument que ce n’est pas vrai. Ça c’est un peu n’importe quoi. Le FNDC a écrit à tout le monde, une lettre rédigée par le FNDC signée par le coordinateur Sanoh. Ce n’est pas une question d’audience mais une question d’information de la situation en république de Guinée. Ça été fait partout. On a écrit à la CEDEAO, à l’Union africaine, aux nations-unies, ainsi de suite. Cellou et moi, nous n’avons envoyé aucune lettre à qui que ce soit pour demander une audience, c’est tout à fait faux », a martelé le président de l’Union des Force Républicaines.

Avec Mosaique Guinée