conakrytime

UFDG / Depuis sa cellule de prison, Grenade fait de graves révélations qui menacent la sécurité nationale

GUINÉE  /  19 Jan 2020

Boubacar Diallo alias Grenade, condamné il y a plus de sept (7) mois pour dit-on « tentative d’assassinat, port illégal d’armes de guerre et de minutions », a, depuis sa cellule de la maison centrale de Conakry, annoncé son départ du principal parti de l’opposition guinéenne, l’UFDG que dirige Cellou Dalein Diallo.

« Je démissionne de l’UFDG. Je ne suis plus militant de ce parti qui m’a trahi et abandonné », a entamé le jeune Grenade.

« Depuis mon arrestation jusqu’à nos jours, aucun cadre de l’UFDG ne m’a rendu visite. Aucun cadre du parti n’a assisté à mon procès. L’UFDG n’a jamais payé une seule de mes nombreuses ordonnances. Ce parti que j’ai servi au prix de ma vie n’a aucune considération pour ma modeste personne. Si je suis en prison aujourd’hui, c’est parce que j’ai servi l’UFDG », a avancé celui qui est accusé par les autorités guinéennes d’être « le bras armé de l’UFDG et cerveau de multiples tueries » lors des manifestations politiques dans la banlieue de Conakry.


Boubacar Diallo alias Grenade, comme si la prison l’aurait probablement convertis, invite les jeunes de « l’Axe » à renoncer à la violence et à refuser toutes les manipulations.

« Je m’adresse aujourd’hui à mes amis de l’axe. Arrêtez toutes les violences aux ordres de l’UFDG, parce que Cellou Dalein et ses cadres du parti ne seront jamais reconnaissants envers vous. Prenez l’exemple sur moi. Je ne pouvais jamais imaginer que le parti dirigé par Cellou Dalein pouvait me récompenser de la sorte. Je suis à la Maison centrale. Je gagne difficilement à manger. Et quand je tombe malade, l’UFDG ne paie pas mes médicaments. C’est vous qui serez tués, frappés, et emprisonnés. Alors, refusez toutes les manipulations, sinon nous serons les grands perdants », a-t-il lancé.

Avec Depeche Guinée