conakrytime

Cellou Dalein Diallo « Malgré la répression à Labé, nous continuons notre combat pour sauver la Guinée, quel que soit le prix à payer »

GUINÉE  /  25 Jan 2020

Les mouvements survenus à Labé le jeudi 23 janvier 2020 ont occasionné la mort de trois personnes par balles.

Le chef de file de l’opposition guinéenne interrogé ce vendredi 24 janvier à la maison de la presse à l’occasion de la conférence de presse du FNDC, a qualifié ces tueries de châtiment.

« Ce qui se passe à Labé, à Mamou, c’est la répression. Nous avons décidé au FNDC malgré la répression, de continuer notre combat. Quel que soit le prix à payer, il faut qu’on sauve la Guinée parce qu’au-delà de la démocratie elle-même, il y a l’unité, l’Etat de droit,… Il faut qu’on résiste », a invité Mamadou Cellou Dalein Diallo.

Ousmane Gaoual: « Alpha Condé est le seul responsable de cette situation, il devra faire face à la justice»

Vendredi, le député Ousmane Gaoual Diallo, a interpellé le président Alpha Condé, et les forces de défense et de sécurité à la suite des tueries enregistrées à Labé ces derniers jours.

« Alpha Condé est le seul responsable de cette situation et il devra faire face à la justice guinéenne un jour. Que les militaires, gendarmes et policiers qui tuent aujourd’hui sachent qu’ils sont responsables pénalement de leurs crimes quel que soit le donneur d’ordre. La loi rappelle que nul n’est censé obéir à un ordre manifestement illégal. La haine avec laquelle certains agents agissent est assimilable aux crimes de guerre, crimes contre l’humanité et au génocide qui sont de ce fait, des crimes imprescriptibles» a-t-il martelé.

Combat contre une nouvelle constitution : pour le FNDC, « il ne faut plus prendre de gants… »

A l’occasion d’une conférence animée ce vendredi 24 janvier 2020 à la maison de la presse à Conakry, les leaders du front national pour la défense de la constitution ont fait lecture d’une déclaration dans laquelle ils ont réitéré leur opposition au projet de constitutionnel.

« Il ne faut plus prendre de gants avec un président dont le cynisme et le mépris vis à vis du respect du droit à la vie de ses concitoyens transparaissent clairement… Il ne faut plus prendre de gants avec un président chef des armées dont les forces de défense et de sécurité tirent à bout portant sur des citoyens désarmés….Le temps n’est plus aux discours, mais à la prise d’actions concrètes pour éviter aux d’être pris en otage par un clan mafieux », a déclaré Abdourahamane Sanoh le coordinateur du FNDC qui dira qu’il est déterminé à défendre la démocratie et l’Etat de droit par toutes les voies légales.

Face au risque d’embrasement, le front national pour la défense de la constitution invite la communauté internationale et les partenaires de la Guinée à prendre dit-il, les mesures urgentes qui s’imposent, avant qu’il ne soit trop tard.

Abdourahamane Sanoh a invité également les citoyens à répondre « massivement » à leur appel de résistance les 28 et 29 janvier 2020.

Avec Mosaique Guinée