conakrytime

Le ministre de la Santé annonce la distribution de plus de 8 millions de moustiquaires à l'occasion de la Journée mondiale du palu

ACTIONS DU GOUVERNEMENT GUINÉEN  /  24 Apr 2019

Mesdames et messieurs, chers compatriotes,

Le 25 avril de chaque année marque la célébration de la journée mondiale de lutte contre le paludisme, la Guinée à l’instar des autres pays, célèbre chaque année cet événement depuis 2012.

La journée mondiale de lutte contre le paludisme est célébrée cette année sous le thème « Zéro Palu, je m’engage »

Mesdames et messieurs,

Comme le recommande l’OMS, nous devons en finir avec le paludisme, grâce à la combinaison des efforts et grâce au soutien de tous les acteurs.

Le gouvernement guinéen a inscrit la lutte contre cette maladie parmi les priorités nationales et ne ménagera aucun effort pour le déploiement de toutes les ressources nécessaires en vue d’atteindre les objectifs fixés.

Notre pays a déjà montré et a la capacité de vaincre les grandes maladies et nous sommes heureux de botter que la lutte contre le paludisme n’en fera pas exception.

La lutte contre ce fléau qui est marquée particulièrement cette année, par l’organisation de la troisième édition de distribution gratuite de moustiquaires imprégnées, d’insecticide à longue durée d’action communément appelé MILDA.

Plus de 8 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide seront distribués pour couvrir tous les ménages sur l’ensemble du territoire national pour un coût total de plus de 35 millions de dollars, financés conjointement par notre pays et les partenaires au développement.

Mesdames et messieurs,

les festivités de la journée mondiale de la lutte contre le paludisme de l’année 2019 seront couplées avec ce lancement de la campagne de distribution gratuite de moustiquaires imprégnées.

Des progrès sont notés dans la lutte contre le paludisme en 2018,

il s’agit essentiellement de la prévention du paludisme sur plus de 713 mille enfants âgés de 3 à 59 mois grâce à la sémio-prévention du paludisme saisonnier dans 13 préfectures,

du renforcement de la coordination des interventions, la lutte contre le paludisme à tous les niveaux,

l’intégration des structures sanitaires privées, confessionnelles et les services de santé des armées dans la lutte contre cette endémie,

la disponibilité des intrants antipaludiques dans toutes les structures sanitaires publiques du pays et l’amélioration de l’utilisation des MILDA dans tous les foyers,

du renforcement de la communication par l’implication des écoliers et leaders religieux dans la lutte contre le paludisme,

la prise en charge de tous les cas de paludisme diagnostiqués et confirmés dans nos formations sanitaires, du renforcement de la prise en charge des cas de paludisme au niveau communautaire,

la consolidation de ces acquis exige de nous un effort supplémentaire dans tous les domaines et avec tous les acteurs au développement.