conakrytime

La COP 25 s'ouvre à Madrid, sans grand enthousiasme dans la population espagnole

AFRIQUE & MONDE  /  2 Dec 2019

Ce lundi 2 décembre, c’est l’ouverture de la COP 25, la conférence climat de l’ONU qui se tient cette année à Madrid. Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a confirmé hier dimanche que 2019 allait se hisser dans le top 5 des années les plus chaudes.

Cette COP 25ne suscite pas un grand enthousiasme en Espagne, rapporte notre correspondant François Musseau. Pas non plus un rejet, mais plutôt de l'indifférence même si, bien sûr, à Madrid, on se montre fier que leur ville ait pu organiser en si peu de temps un sommet qui en général nécessite de longs mois de préparation.

C’est d’ailleurs un paradoxe, il y a d’un côté l’efficacité logistique et organisationnelle, et de l’autre une ville et un pays qui ne sont pas particulièrement en pointe quant à la prise de conscience environnementale.

En Espagne et à Madrid, le discours critique, voire sceptique, serait même en vogue. « Je sens qu‘il y a une manipulation excessive sur le changement du climat. Je crois certes qu’il faut chercher la durabilité, mais je pense que c’est très manipulé », estime José Maria, ingénieur.

« Une référence sociale, mais pas politique »

Il y a aussi bien sûr des personnes très concernées et persuadées que c’est le grand débat du moment. Ils savent qu’après les accords de Paris, la rencontre de Madrid est importante pour mesurer l’engagement des Etats à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Or l'Espagne n'est pas précisément un modèle en la matière se désole Inmaculada, pharmacienne. « L’Espagne est une référence sociale, mais pas politique. Nous ne sommes pas un pays qui sait légiférer pour tenter d’entraver le changement climatique », dit-elle. Tandis que le chef du gouvernement Pedro Sanchez tente pourtant de faire passer le message inverse, le maire de Madrid, José Luis Almeida parle de faciliter l’accès des véhicules dans le centre-ville.

Avec RFI