conakrytime

Royaume-Uni: l'inquiétude des entreprises britanniques peu avant le Brexit

AFRIQUE & MONDE  /  21 Jan 2020

À quelques jours du Brexit, prévu à la fin du mois de janvier 2020, les entreprises britanniques expriment leur inquiétude, alors que le gouvernement les a appelées à se tenir prêtes à ne plus s'aligner sur la réglementation avec l'Union européenne. Une perspective qui pourrait coûter très cher à nombre d'entre elles. Plusieurs fédérations de l'industrie britanniques ont rappelé, lundi 20 janvier, au ministre des Finances les difficultés que cela engendrerait pour des entreprises déjà affectées par l'incertitude politique de ces dernières années.

« Il n’y aura pas d’alignement, nous ne serons pas dans le marché unique ». Les mots du chancelier de l'Échiquier, Sajid Javid, dans la presse britannique, le Financial Times des 25 et 26 janvier, sont sans appel et ils passent mal auprès de l’industrie.

De coûteux contrôles aux frontières

La puissante Confédération des industries britanniques (CBI) reconnaît qu’en prospectant de nouveaux marchés ailleurs dans le monde des opportunités existent, mais elle le redit : il y aura de la casse lors de ce Brexit. L’alignement sur la réglementation européenne soutient l’emploi et la compétitivité, notamment dans les régions britanniques déshéritées. Sortir du cadre actuel, cela alourdira les charges d’entreprises déjà en difficulté en leur imposant de coûteux contrôles aux frontières.

Attention au moins-disant fiscal ou social...

Il n’y a guère que la City de Londres pour saluer les propos de Sajid Javid, la puissante industrie financière aimerait se défaire de certaines contraintes réglementaires imposées par Bruxelles, mais l’Union européenne aussi prévient, par la voix de la présidente de la commission, Ursula von der Leyen : aujourd’hui pas moins qu’hier, elle ne souhaite pas laisser son marché ouvert à un voisin pratiquant la course au moins-disant réglementaire, fiscal, social ou environnemental.

► Brexit: feu vert des députés britanniques après plus de trois ans de crise

Avec RFI