conakrytime

Amérique centrale: les ouragans ETA et Iota ont laissé un champ de ruines et de désolation

AFRIQUE & MONDE  /  19 Nov 2020

En Amérique latine, le passage de deux ouragans en moins de trois semaines a fait d’énormes dégâts humains et matériels. Plus de 250 personnes sont décédées ou toujours portées disparues. Ces catastrophes climatiques risquent d'entraîner de nouveaux exodes de population s'alarment les organisations internationales.

avec notre correspondante à Mexico, Alix Hardy

Au Salvador, au Honduras, au Guatemala et au Nicaragua principalement, les habitants et les médias locaux ont documenté le passage de l'ouragan devenu tempête tropicale Iota ces derniers jours. Elle a provoqué des pluies diluviennes, des vents violents et donc des crues et des glissements de terrain

Les dégâts sont d’autant plus graves que les sols étaient déjà gorgés d’eau et les zones déjà sinistrées par le passage de l’ouragan Eta début novembre… Sur les images on voit des villages inondés d’eau boueuse, des toits en métal arrachés et des habitants bloqués par la montée des eaux secourus par des organisations comme la Croix Rouge.

â–ºÀ lire aussi : l'ouragan Eta ravage l'Amérique centrale

El Progreso, Yoro, Honduras: les populations tentent d'évacuer la zone avant l'arrivée de l'ouragan Iota sur des routes défoncées et inondées par l'ouragan Eta.
El Progreso, Yoro, Honduras: les populations tentent d'évacuer la zone avant l'arrivée de l'ouragan Iota sur des routes défoncées et inondées par l'ouragan Eta. AFP
Les conséquences s’annoncent très lourdes et durables pour les pays de la région. Sur la côte du Nicaragua, la tempête Iota a achevé de détruire ce que l’ouragan Eta n’avait pas emporté. Un petit garçon de cinq ans a été emporté par les eaux pendant son sommeil. C’est l’une des 250 victimes, décédées ou portées disparues depuis le passage des deux ouragans. L’ouragan a touché 25% de la population du Honduras selon la Croix Rouge hondurienne, et 700.000 Guatémaltèques y ont perdu leurs récoltes…

Des phénomènes météo exceptionnels qui se renforcent avec le réchauffement climatique
L’ouragan Eta qui a frappé la région au début du mois était de catégorie 4 sur une échelle de 5, ce que le Centre national des ouragans des Etats-Unis définit comme catastrophique. Les ouragans de cette force rendent la majorité de la zone touchée inhabitable durant des semaines voire des mois, prévient le centre.

Les ouragans se renforcent dans la mer au travers de la chaleur de l’eau. Le réchauffement climatique ayant augmenté la température des océans, ces phénomènes sont désormais plus puissants et durent plus longtemps une fois sur terre…

Cette année, le centre des ouragans est arrivé à court de lettres pour nommer ces phénomènes météorologiques et a entamé l’alphabet grec… Un nombre record de 30 tempêtes tropicales a été enregistré cette saison dans les Caraïbes.

Une catastrophe naturelle qui pourrait avoir des effets migratoires

Ce désastre naturel vient s’ajouter à une pauvreté systémique et aux conséquences sanitaires et économiques de la pandémie de coronavirus… Les régions les plus touchées vont mettre des mois à se remettre de ces ouragans et de nombreux spécialistes s’attendent à ce que la migration vers les pays du nord se renforce encore... Le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR) souligne que le changement climatique alimente le phénomène des réfugiés climatiques, obligés de se déplacer après avoir tout perdu.

Le Guatemala et le Honduras s’apprêtent d’ailleurs à demander aux Etats-Unis le statut de protection temporaire (TPS) pour leurs ressortissants émigrés, une mesure qui garantit la non-expulsion de personnes originaires de pays frappés par des catastrophes ou des guerres, comme cela avait été accordé au Salvador après l’ouragan Mitch. Un statut que l’administration Trump a réussi à annuler durant le mandat du président sortant.

Avec RFI